mars 29, 2021

malgré la crise, entreprendre envers et contre tout

Par andy1712


La France des solutions : malgré la crise, entreprendre envers et contre tout
Rejouer TF1

28/03/2021 à 20h18 4min

CV

Relever ses manches et tout recommencer avec le sourire. Il y a un an, à cause du Covid, Orlana Guarnieri a perdu son emploi dans la restauration. Aujourd’hui, à son compte, cette cheffe propose des soupes sur les marchés. Pour elle qui travaillait la nuit, la différence est radicale. Pour lancer son business, elle a obtenu un microcrédit de 3 500 euros, pour acheter et aménager ce vélo, sa nouvelle cuisine ambulante. C’est un peu le système D. Et pour tenir le cap, elle doit gérer ses stocks. Elle assure trois marchés par semaine mais ne se verse pas encore de salaire.Créer son entreprise en pleine crise. C’est aussi le pari de Titiana Rannou-Carn, 29 ans. Elle a quitté un CDI dans le marketing digital pour se lancer seule dans la fabrication de peluches made in France. Elle y a mis toutes ses économies, 10 000 euros. Mais, le Covid a tout stoppé. Malgré les difficultés, elle a trouvé les réponses à ses questions dans cet atelier auprès des travailleurs en situation de handicap. Titiana les rémunère pour la confection des accessoires pour bébé en tissu recyclé. Et cela donne du sens à son projet. Elle a déjà quelques commandes sur Internet mais pas encore assez pour en vivre. Elle se donne encore six mois pour y arriver.D’autres ont eu plus de chance. Lindsay et Laurent ont ouvert cette boutique de jeux de société lors du deuxième confinement. Le couple a suivi des cours de management avant de se lancer. Ils ont obtenu un prêt de 23 000 euros. Et pour les aider, la ville de Beauvais leur loue cette boutique à prix réduit, 500 euros par mois. Leur commerce cartonne. Créer son entreprise est un défi en soi. Dans ce contexte inédit, c’est presque un exploit. Comme eux, 850 000 entrepreneurs se sont lancés en 2020.



Replay TV par chaîne

Replays les plus vus

Replays au hasard