avril 7, 2021

comment les corps sont représentés dans les médias ?

Par andy1712


14,5 millions, c’est le nombre de posts mentionnant le hashtag #BodyPositive sur le réseau Instagram selon l’étude Reebok. Avec l’émergence de cette tendance, de plus en plus de marques promettent plus d’inclusivité dans la représentation des corps mis en avant dans les campagnes de publicité ou dans les communications. Le phénomène n’est pourtant pas récent, sur les réseaux sociaux l’acceptation de soi et de son image est mise en avant depuis plusieurs années. Niveau inclusivité toutes les marques ne sont pas logées à la même enseigne si bien qu’à l’échelle internationale, les pays comme le Royaume-Uni ou les États-Unis sont largement en avance par rapport à la France. Selon l’étude Reebok, au Royaume-Uni le mouvement “Body positive” a reçu un écho important dans les médias, ouvrant la voie à un paysage médiatique plus positif. Il s’agit du pays qui obtient le meilleur score de l’étude, suivi de près par les USA, puis par l’Irlande qui bénéficie, non seulement, de la plus grande couverture médiatique sur le sujet de l’inclusivité corporelle mais qui arrive en troisième position.

La France a encore des efforts à fournir concernant la représentation des corps. En 2020, à l’occasion d’une étude réalisée en France par Yougov, 67 % des femmes se disaient complexées par leur corps et 8 femmes répondantes de l’étude sur 10 affirmaient que la publicité, les médias et les réseaux sociaux accentuaient ce mal-être. Les meilleurs élèves de l’inclusivité pratiquent depuis plus longtemps la communication du body positivisme à travers les canaux des influenceurs. La façon de parler des corps évolue et tend à gommer cette image idéalisée à laquelle les jeunes comme les moins jeunes sont confrontés quasi quotidiennement. La notion d’authenticité prend le dessus et les corps refaits, soit par la chirurgie soit par la magie de Photoshop, deviennent presque has-been sur un réseau comme Instagram. Les internautes et utilisateurs, en quête d’authenticité, recherchent des influenceurs ou des stars plus proches d’eux, plus représentatifs de la majorité.

L’étude de Reebok révèle que le Royaume-Uni compte le plus grand nombre d’influenceurs adhérant au mouvement inclusif. Avec 8,37 % de posts réalisés sur le sujet de l’inclusivité, les influenceurs fitness anglais sont les plus concernés. En France, chez les 10 influenceurs les plus importants, le taux de représentation n’est que de 4,30 %. La France est en retard pour ce qui est de rendre l’influence plus inclusive et représentative de la diversité des corps.

Une précédente étude traitée par E-Marketing met en lumière que la publicité numérique inclusive a un effet positif sur l’image d’une entreprise. 59 % des répondants disent être plus fidèles aux marques qui représentent la diversité et l’inclusion dans leur publicité en ligne. 59 % affirment également préférer acheter des marques qui représentent ces valeurs dans leur communication digitale. Une tendance non négligeable que les marques doivent prendre en considération. Il y a encore du chemin à parcourir pour que la diversité physique soit mieux représentée et acceptée. Les marques qui savent se réinventer en suivant les tendances émergentes étrangères présentent sur les canaux comme les réseaux sociaux marquent les esprits. C’est le cas de la dernière publicité de Zalando “Affirmer ses valeurs, aujourd’hui pour demain”, une campagne qui rend hommage à l’immense diversité des corps. Avec une grande justesse, le spot publicitaire prouve l’engagement et la prise de position de la marque.

Il est temps pour les marques d’allier engagement RSE, diversité, inclusion et performance. Une pression supplémentaire, qui doit servir de moteur, pour comprendre et distinguer les futurs tendances auprès des consommateurs afin de développer et d’instiguer un réel changement dans la société et ainsi se placer, non pas comme un suiveur, mais comme un réel acteur.