avril 11, 2021

Comment vivre un style de vie zéro déchet: de petits pas vers un avenir plus vert

Par andy1712


Au cours de la dernière année où vous avez vécu avec les restrictions du COVID-19, vous avez probablement apporté beaucoup de changements au nom de la santé – pour votre famille et votre communauté. Prêt à faire quelques changements pour la santé de la planète?

Alors que les gens du monde entier s’efforcent de trouver une nouvelle normalité, c’est le moment idéal pour faire passer votre routine verte quotidienne d’un niveau ou deux, afin de réduire le gaspillage.

Lire la suite:

Le Canada n’est pas à l’abri des effets du changement climatique sur la santé, selon les experts

Selon Connexions de recherche communautaire (CRC), un groupe de recherche voué à la durabilité basé à Victoria, en Colombie-Britannique, les Canadiens créent beaucoup de déchets, plus «par habitant que tout autre pays du monde». Le groupe dit que chacun de nous est responsable d’environ 2,7 kg de déchets par jour.

L’histoire continue sous la publicité

De plus en plus, les gens adoptent des modes de vie durables et zéro déchet. D’une personne débutante à une autre avec des décennies d’expérience, voici quelques conseils pour vous faire avancer dans une direction plus écologique.


Cliquez pour lire la vidéo: `` Un garçon de quatre ans du Nouveau-Brunswick a pour mission de protéger la planète ''







Un garçon de quatre ans du Nouveau-Brunswick a pour mission de protéger la planète


Un garçon de quatre ans du Nouveau-Brunswick a pour mission de protéger la planète – 29 mars 2021

Anne Marie Matthews et son mari ont déménagé de Toronto à la péninsule du Niagara en Ontario en 2019. Bien que le couple ait toujours adopté une vie de bien-être et de durabilité – ils possédaient et exploitaient autrefois des studios de yoga dans la RGT – la propriété sur leur propriété de 10 acres a a suscité une plus grande connectivité avec la nature et un sens plus profond de la responsabilité de l’environnement.

Matthews et son mari ont commencé à élever des poulets et à cultiver un potager biologique, entre autres.

«Le processus consistant à soigner les plantes, à avoir les mains dans le sol et à me sentir si profondément nourri par la nature m’a transformé. C’était un travail difficile, mais je suis changé à cause de cela », dit Matthews.

L’histoire continue sous la publicité

Anne Marie Matthews dit que son potager l’a motivée à adopter un mode de vie zéro déchet.

Crédit photo: Colin Matthews

En 2021, Matthews s’est engagé à zéro déchet.

Inspiré par Bea Johnson, auteur de Maison zéro déchet, un livre qui a lancé un mouvement environnemental dans le monde entier, Matthews dit que «commencer (pour réduire les déchets) dans votre propre maison peut avoir un impact significatif sur le monde qui vous entoure.»

Lire la suite:

Le point de non-retour? Récapitulation d’une année d’alertes dramatiques au changement climatique

Adoptant la méthode «Refuser, réduire, réutiliser, recycler, pourrir» de Johnson, Matthews a établi un objectif gérable de réduction des déchets une étape à la fois.

En plus de cultiver ses propres légumes, Matthews cuit du pain maison (en congelant certains pour une utilisation ultérieure enveloppée dans du tissu, pas de plastique ou de papier), fabrique son propre baume à lèvres et de la poudre pour les dents et utilise des nettoyants ménagers naturels.

L’histoire continue sous la publicité

Anne Marie Matthews enveloppe le pain fait maison dans du lin, pas du plastique, avant de le congeler.

Soumis: Anne Marie Matthews

«J’ai commencé par de petits changements zéro déchet dans ma maison, pièce par pièce, et je continue à m’appuyer sur eux.»

Trouver des alternatives aux produits à usage unique et regarder au-delà de la commodité des produits emballés produits en série est un petit travail supplémentaire, mais cela en vaut la peine, dit-elle.

«Lorsque j’apporte quelque chose chez moi, je pense aux implications de la fin de l’utilisation. Je ne complique pas ma vie avec une approche zéro déchet, mais je simplifie intentionnellement, améliore la qualité de vie de ma famille et réduit notre impact sur l’environnement.

«Je me demande généralement: est-ce un besoin ou un désir? Est-ce vital pour notre bien-être? Quel est le coût pour l’environnement? Et y a-t-il une solution alternative que je pourrais envisager? »


Cliquez pour lire la vidéo: 'Crise de la pollution plastique: comment les déchets se retrouvent dans nos océans'







Crise de la pollution plastique: comment les déchets se retrouvent dans nos océans


Crise de la pollution plastique: comment les déchets se retrouvent dans nos océans – 17 juin 2018

L’une des frustrations liées au zéro déchet, dit-elle, est à quel point il est difficile de faire des achats sans utiliser de plastique, en particulier lorsqu’il s’agit d’emballages.

L’histoire continue sous la publicité

«Nous avons eu des légumes verts frais de notre jardin jusqu’en décembre, et quand je suis finalement retourné à l’épicerie, j’ai vraiment eu du mal à acheter des produits emballés dans du plastique.

«L’augmentation de ma consommation de plastique lors de mes achats d’hiver a été notable, malgré mes meilleurs efforts pour magasiner de manière stratégique.»

Lire la suite:

Le magasinage zéro déchet pourrait-il être la solution au problème des emballages en plastique au Canada?

C’est un défi que Meg Savory ne connaît que trop bien.

Savory, qui vit avec son mari à Nanaimo, en Colombie-Britannique, a fait avec passion des choix écologiques toute sa vie.

Meg Savory et son chien Cuska parcourent souvent la plage de Dunlop Point, Hornby Island, à la recherche de déchets à éliminer correctement. (Soumis).

Soumis: Meg Savory

Elle décrit son engagement envers l’environnement comme «motivé, odieux, impitoyable», dérivé en partie de «vivre dans une culture où il y a tant d’écologistes passionnés».

L’histoire continue sous la publicité

Elle attribue également le temps passé au chalet familial de Hornby Island, «à grandir comme un enfant sauvage, à passer une grande partie de mon enfance à jouer dans la forêt, à se nourrir avec ma mère et à apprendre de ma grand-mère comment« faire avec ».»

Pour elle, «faire avec» se traduit par des choix d’achat toujours intentionnels – et commence par ne pas acheter du tout.

«N’achetez rien. Faire des trucs à partir de rien est mon préféré », dit Savory.


Cliquez pour lire la vidéo: «Conseils pour lutter contre les déchets plastiques à l'épicerie»







Conseils pour lutter contre les déchets plastiques à l’épicerie


Conseils pour lutter contre les déchets plastiques à l’épicerie – 1 août 2019

Pour les choses qu’elle ne peut pas fabriquer elle-même, elle cherche d’abord des options locales – consciente de l’empreinte carbone associée au transport de marchandises provenant de producteurs ou de producteurs internationaux – puis se déplace vers l’extérieur dans sa recherche.

Elle dit qu’elle commence par «de petits fournisseurs locaux», puis cherche des «labels de durabilité – comme FSC pour le bois et Ocean Wise pour les fruits de mer, etc.»

L’histoire continue sous la publicité

Lire la suite:

Crise de la pollution plastique: comment les déchets se retrouvent dans nos océans

Même ainsi, Savory dit que certains moyens de réduire les déchets, comme l’achat d’aliments en vrac, ne conviennent pas à tout le monde.

«Je n’aime pas les aliments en vrac parce que j’ai peur des germes (même avant COVID). Je n’ai pas l’énergie de toujours rechercher des options sans emballage. »

Lorsqu’elle ne trouve pas ce dont elle a besoin dans les magasins de proximité ou les brocantes, elle utilise Ecosie – “le moteur de recherche qui plante des arbres.”

Au-delà de la réduction-réutilisation-recyclage (les trois R), Savory réutilise, rénove ou répare souvent.

Meg Savory est fière d’utiliser un R: Repair moins connu, donnant à une vieille pelle à poussière une durée de vie prolongée.

Soumis: Meg Savory

Selon le CRC, «les« déchets »n’existent pas dans la nature. Les systèmes écologiques recyclent continuellement l’eau, les minéraux et les nutriments grâce à une interaction entre l’énergie solaire, les producteurs primaires (par exemple les plantes), les consommateurs (par exemple les animaux) et les décomposeurs (par exemple les bactéries). »

L’histoire continue sous la publicité

Matthews et Savory pensent tous deux que choisir de vivre le moins de déchets possible va bien au-delà de la protection de l’environnement.

Lire la suite:

Un moyen simple de sauver la Terre? Arrêtez de recevoir du courrier papier

«Ma vie a été profondément enrichie en adoptant un mode de vie zéro déchet et régénérant. La santé et la maison de ma famille sont meilleures pour cela et nous avons constaté une différence mesurable que nos actions font en termes de réduction de nos déchets ménagers et de notre consommation de plastique », déclare Matthews.

«La protection de l’environnement est probablement ma valeur la plus élevée», déclare Savory. «Je ne peux pas penser à une décision que je prends là où l’environnement n’est pas au premier plan dans mon esprit. Ce que j’achète ou n’achète pas, où je vais ou ne vais pas, comment je recrée – toutes les décisions et actions. Il est constamment au premier plan. »

Bien que les trois R soient largement connus, le zéro déchet commence par les prochaines étapes, dit Colleen Ans du Manitoba. Centre d’action vert.

L’histoire continue sous la publicité

L’organisation propose «des moyens pratiques, simples et efficaces de vivre de manière durable – au travail, à la maison, à l’école et dans votre communauté», selon son site Web.

Lire la suite:

“ Incroyablement destructrice ”: les Prairies canadiennes verront les effets dévastateurs du changement climatique

«Il est très important de réduire la quantité de déchets uniques que nous consommons en introduisant un quatrième R: déchets. Refusez des choses comme les pailles, les sacs en plastique, les couverts à emporter, les reçus et tout ce dont vous n’avez pas réellement besoin », dit Ans, notant que le changement peut se produire grâce à« l’action, la communication et la consommation consciente ».

En plus de refuser les articles à usage unique, le centre propose des étapes simples à ajouter à votre routine:

  • Réduisez le gaspillage alimentaire grâce à la planification des repas
  • Compost pour détourner les déchets alimentaires de la décharge
  • Essayez un lundi sans viande

Cliquez pour lire la vidéo: `` Augmentation du gaspillage alimentaire et de la dépendance aux plastiques à usage unique suspectés lors du COVID-19 ''







Augmentation du gaspillage alimentaire et dépendance aux plastiques à usage unique suspectés pendant le COVID-19


Augmentation du gaspillage alimentaire et dépendance aux plastiques à usage unique suspectés pendant COVID-19 – 7 avril 2020

Le zéro déchet ne doit pas nécessairement être une entreprise du tout ou rien. C’est un voyage effectué chaque jour avec des étapes progressives afin d’avoir un impact moins nocif sur la planète.

L’histoire continue sous la publicité

Matthews suggère de commencer par un audit des ordures ménagères. Commencez par la salle de bain, peut-être, et ajoutez à partir de là. “Lors d’un audit des ordures, faites attention à ce que vous mettez à la poubelle afin de rechercher des solutions alternatives ou refusez simplement d’acheter ce produit à l’avenir.” Envisagez des options biodégradables pour des choses comme la soie dentaire et les brosses à dents. Les alternatives compostables aux articles sont-elles emballées dans du plastique?

Matthews suggère également:

  • acheter en vrac ou aux stations de remplissage de produits en utilisant des contenants rechargeables
  • planter / récolter des légumes frais. Si vous n’avez pas de jardin, essayez un jardin en pot ou un pot de germination pour des légumes verts frais
  • soyez diligent sur le recyclage, sachez ce qui est accepté dans votre boîte bleue locale et prenez soin de nettoyer / organiser au besoin

Savory propose les activités faciles à faire suivantes:

  • choisissez le produit avec moins d’emballage; examinez chaque achat avec un état d’esprit moins emballant
  • rejoindre ou démarrer un groupe de partage de jouets
  • rejoignez le groupe «N’achetez rien» de votre quartier
  • acheter des trucs d’occasion – «économisez-le»
  • choisissez des alternatives réutilisables pour le film plastique et les serviettes en papier

Il y a une abondance d’idées, y compris 101 conseils pour les débutants, sur la façon de progresser vers le zéro déchet. Trouvez ceux qui fonctionnent pour vous en ligne ou dans un livre emprunté à votre bibliothèque locale.


Cliquez pour lire la vidéo:







Un nouveau livre de cuisine vise à réduire le gaspillage alimentaire


Un nouveau livre de recettes vise à réduire le gaspillage alimentaire – 26 mars 2021

Pensez-y comme un investissement

Lorsqu’il s’agit d’acheter des choix, l’argent compte. Vivre un style de vie respectueux de l’environnement, faire du shopping local, acheter des articles fabriqués de manière respectueuse de l’environnement – devraient tous être considérés comme des dépenses rentables – un investissement.

L’histoire continue sous la publicité

«Cela coûte certainement de l’argent», dit Savory. «Des produits plus respectueux de l’environnement sont souvent plus chers, et cela prend du temps et des efforts. Mais tout cela n’est pas une épreuve par rapport au sentiment que j’ai de faire une différence.

En réduisant au minimum les emballages alimentaires, Anne Marie Matthews utilise des bocaux en verre pour acheter / stocker des produits secs.

Soumis: Anne Marie Matthews.

Pour Matthews, le passage au zéro déchet est un processus continu qui ne s’est pas produit du jour au lendemain. S’éloigner des commodités de la vie quotidienne demande du temps et des efforts – et de la recherche aussi.

Dans son engagement à vivre son propre style de vie régénérateur, elle se prépare maintenant à en faire un gagne-pain. Son site Web – MyRegerativeHome.com – partagera ses idées sur le zéro déchet dans l’espoir d’aider les autres à prendre des mesures pour mieux prendre soin de l’environnement.

© 2021 Global News, une division de Corus Entertainment Inc.