janvier 6, 2022

La Poste rachète CyberCité, spécialiste du SEA et du social

Par andy1712


La Poste rachète CyberCité, spécialiste du SEA et du social

L’acquisition doit faire de la filiale digitale du groupe postal, l’agence Isoskèle, un poids lourd du marketing digital avec plus de 91 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2021.

La Poste veut peser un peu plus dans le marketing digital. Le groupe vient d’officialiser sa deuxième acquisition du secteur en l’espace d’un an. Après TimeOne Group en juin dernier, c’est au tour de CyberCité, agence spécialisée dans le search marketing et le social media, de rejoindre Isoskèle, la filiale digitale du groupe. “Ce rachat fait d’Isoskèle un acteur majeur du secteur, qui pèse plus de 91 millions d’euros de chiffre d’affaires et 430 collaborateurs à peine deux après sa création”, se félicite la directrice générale de l’entité, Manuela Pacaud. Le groupe ne précise pas le montant de l’opération.

“Cybercité va nous permettre de comprendre ce qui motive une cible spécifique, avant d’imaginer des dispositifs marketing et média qui lui sont consacrés”

Créé en 1999 par David Bonnamour et Nicolas Claraz, CyberCité s’est rapidement imposé comme un acteur majeur du SEO, une pratique qui représente les deux-tiers de sa marge brute aujourd’hui. L’agence dispose d’un maillage territorial en ligne avec la stratégie de proximité chère au groupe La Poste. Elle dispose de bureaux à Paris, Lyon, Chambéry, Nantes, Rennes et Sophia Antipolis, pour un total de plus de 700 clients. Elle a su enrichir son expertise search en s’ouvrant aux nouvelles plateformes publicitaires, qu’il s’agisse de Facebook, Amazon ou LinkedIn. “L’agence a une très bonne connaissance des audiences Web, explique Manuela Pacaud. Cela va nous permettre de comprendre ce qui motive une cible spécifique, avant d’imaginer des dispositifs marketing et média qui lui sont consacrés.”

“Nous avons développé une suite d’outils qui nous permettent de faire de la SERPologie, détaille David Bonnamour. Nous sommes capables, en analysant les requêtes des internautes, d’identifier des opportunités de mots-clés ou thématiques en lien avec la problématique d’une marque.” De quoi lui permettre d’adapter sa stratégie de content marketing à la saisonnalité ou à l’évolution du comportement de ses audiences. “Ce qui n’est pas du luxe alors que le coronavirus a changé pas mal de choses”, observe David Bonnamour.

“L’objectif, c’est d’être dans le top 3 des agences de communication digitale d’ici deux ans”

Charge à CyberCité de générer de larges audiences depuis les moteurs de recherche et les réseaux sociaux. Et charge à Isoskèle de comprendre ces audiences pour les transformer en clients durables. “L’expertise CRM d’Isoskèle va nous permettre d’aller un cran plus loin que la génération de trafic, en devenant apporteur de business”, estime Nicolas Claraz. La filiale digitale de la poste a, pour elle, une véritable expertise dans tout ce qui touche à l’animation du parcours client pour booster sa lifetime value. “On est capable de designer des parcours sur-mesure, avec un scoring de chaque client entrant, un processus d’accueil et du trigger marketing, c’est-à-dire le déclenchement d’action à des moments spécifiques.” Par exemple, un push email avec une promotion intéressante pour un client dont on sent qu’il est susceptible de quitter la marque. Isoskèle peut intégrer les grandes solutions de marketing automation du marché, comme Force de vente, pour le compte de ses clients, ou bien les équiper avec sa propre technologie de customer data platform (CDP). Comme le groupe l’a fait pour l’Aéroport Nice Cote d’Azur.

“L’objectif, c’est d’être dans le top 3 des agences de communication digitale d’ici deux ans”, confirme Manuela Pacaud. Un podium qui sera accessible lorsque le groupe aura atteint les 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, selon les calculs de la dirigeante.